18 juin 19 juin
Balades en forêt De nuit Cueillette et repas Dormir en forêt

Bivouac buissonnier

Description de l'événement

Voyage métropolitain vous propose une exploration de la forêt des Buttes du Parisis :

exploration pédestre mares, rus et cascades, cabanes, goûter de lichens, lectures, écoute de chauve-souris, conte sylvestre, balade nocturne, dessins d’écorce, beignets de sureau micro-paysages forestiers feu de camp et bivouac sont au programme.

Inscription obligatoire via ce lien : formulaire d’inscription

 

Quand

18 juin 19 juin
de 9h30 à 11h30

Cormeilles-en-Parisis, France Cormeilles-en-Parisis, 95240 + Google Maps

Son passé

Le massif forestier des Buttes du Parisis est relativement récent : il fut planté dans les années 1940. Historiquement, les Buttes du Parisis sont majoritairement occupées par des cultures de vignes, l’exploitation de la “pierre à plâtre” dans des carrières à ciel ouvert ou souterraines ainsi que des moulins. 

La carte de l’abbé Delagrive (1740) montre qu’au milieu du XVIIIe siècle, le sommet de la butte de Cormeilles était couvert par une vaste friche ou jachère. Ses pentes sud (du côté de la Seine et de la plaine d’Argenteuil) et nord (du côté de Franconville) étaient essentiellement consacrées à la vigne et aux vergers. Les bois se réduisaient à de petits massifs isolés, sur le haut des versants.

La carte des Chasses du Roi, établie vers 1765, indique que cette zone était occupée par une végétation rase. Cette lande servait probablement de pâture aux moutons et seuls deux moulins à vent s’y dressaient. Elle était sillonnée de chemins, qui aboutissaient tous, une fois la butte et les bois franchis vers le nord, à la route royale de Paris à Rouen par Pontoise.

Sur la Montagne, nom donné à la partie occidentale des buttes, se trouvaient également un étang et la Maison du Pêcheur bâtie sur pilotis dans les jardins du comte d'Albon. Cette dernière a servi de poste d'observation à César François Cassini III de Thury (1714-1784) pour établir par triangulation géodésique la première carte topographique de la France.

Une carte des environs de Paris datant du début du 19e siècle montre en effet que les flancs et les hauteurs des buttes ne sont pas boisées. Seule une partie, sur le flanc sud, à proximité du centre de Cormeilles-en-Parisis, accueille un parc, faisant partie de la Châtaigneraie. La Châtaigneraie comprenait bâtiment, cours, maison et cour de jardinier, potager en terrasse, parc et vignes. 

Son présent

Les Buttes du Parisis correspondent à des buttes témoins qui se composent de quatre buttes s’inscrivant dans un vaste tissu urbain. Anciennement à vocation agro-sylvicole, ces buttes subirent, au cours du siècle dernier de fortes perturbations anthropiques liées principalement à l’exploitation à ciel ouvert du gypse souterrain. Ces actions ont très fortement modifié les caractéristiques environnementales d’une grande partie de ce domaine. Malgré tout, ce site se compose encore majoritairement d’espaces « naturels » à dominance boisé lui conférant, de par sa position géographique, un intérêt récréatif important.

L’ensemble des buttes se compose d’habitats forestiers mais également de friches diverses, de quelques prairies de fauches, de fourrés ainsi que de quelques points d’eau. Il subsiste également quelques jardins potagers, vergers et vignes, reliques des paysages historiques. Dans l’ensemble, le territoire des Buttes du Parisis peut se comprendre comme une mosaïque de milieux très hétérogènes, ce qui en fait une de ses particularités.

Le relief du site offre de nombreux points de vue sur la région parisienne, notamment à partir de la Butte d’Orgemont, la Butte des Châtaigniers et des hauteurs de la Carrière Lambert.

Nom

Forêt des Buttes du Parisis

Commune

Cormeilles-en-Parisis

Adresse

Cormeilles-en-Parisis, France