18 juin 19 juin
Débats, veillées et petits-déjeuners

Les conférences, à Cornecu

Description de l'événement

L’HISTOIRE DE LA FORÊT DES PYRÉNÉES CENTRALES, À LA LUMIÈRE DES CHARBONNAGES
Accès libre et gratuit le samedi 18 juin de 15h30 à 17h. Ancien presbytère de Saint-Lizier, rue de l’Horloge (lieu accessible aux PMR)

Connaissez-vous la pédoanthracologie ? Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle spécialité médicale ! C’est la science qui permet de reconstruire la végétation passée, grâce aux charbons de bois enfouis dans les sols, suite à un feu naturel ou anthropique.

Les charbons sont les archives de la forêt passée. Ils n’ont pas de secret pour Mélanie Saulnier, écologue et pédoanthracologue au sein du laboratoire GEODE-CNRS de Toulouse, qui nous fait le plaisir d’intervenir durant notre événement.

L’analyse des charbons permet de comprendre l’histoire de la végétation forestière, les changements de végétation au cours du temps ainsi que les conséquences de la pratique du charbonnage sur les plantes et le sol.

La « lecture » d’un simple morceau de charbon peut en apprendre beaucoup sur cette forêt qui a beaucoup évolué au fil du temps. À l’heure du changement climatique, Mélanie Saulnier nous parlera de l’évolution sur le long terme de la forêt des Pyrénées centrales, mais aussi des interrelations entre forêt, humains et environnement, qui ont façonné le paysage forestier d’aujourd’hui. La conférence sera précédée et suivie de moments d’interaction avec le public, avec notamment un quiz ludique et un temps de questions.

 

LES TRACES DE L’EXPLOITATION FORESTIÈRES DANS LE BATI COUSERANAIS
Accès libre et gratuit le samedi 18 juin de 17h30 à 19h. Ancien presbytère de Saint-Lizier, rue de l’Horloge (lieu accessible aux PMR)

Vincent Labbas a un pouvoir unique : il sait faire parler le vieux bois ! Mais il n’est ni chaman ni magicien : il est archéologue et dendrochronologue au laboratoire de dendrochronologie de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique à Bruxelles et à l’Université de Liège et nous fait le grand plaisir d’intervenir durant Les Nuits des forêts.

La dendroarchéologie étudie l’usage du bois dans les constructions anciennes. À travers l’étude des charpentes d’édifices religieux ou de granges foraines en montagne, par exemple, il est possible de mieux comprendre le rapport des hommes aux ressources naturelles. Vincent Labbas nous expliquera comment l’histoire d’un bâtiment et celle de la forêt d’où vient le bois s’éclairent l’une l’autre. Il nous montrera également que la récupération, le réemploi et le recyclage du bois d’œuvre a permis la conservation de ces témoins du passé.

Quand on fait parler le bois, depuis la date précise de l’abattage de l’arbre jusqu’au témoin matériel qui nous est parvenu, ce sont aussi les périodes de la vie d’un bâtiment et des forêts alentour que l’on arrive à reconstituer. Vincent Labbas se prêtera à quelques éclairages sur l’histoire des forêts couseranaises. La conférence sera encadrée de moments d’interaction, avec notamment un quiz ludique et un temps de questions à partir de photographies soumises par le public.

 

LA FORÊT, UN SYTÈME RÉSILIENT AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES
Accès libre et gratuit le dimanche 19 juin de 13h30 à 15h. Ancien presbytère de Saint-Lizier, rue de l’Horloge (lieu accessible aux PMR)

Face aux changements climatiques, dont on mesure chaque année davantage les effets, que va devenir la forêt pyrénéenne ? Peut-elle résister ? Et si oui, comment le fait-elle ?

Raphaële Hémeryck, du PNR des Pyrénées ariégeoises, répondra aux légitimes questions du public sur le sujet, en abordant l’importance des champignons mycorhiziens mais, plus largement, de la vie des sols. Elle décrira également d’autres caractéristiques de l’écosystème forestier et montrera qu’il s’agit d’adapter nos pratiques pour éviter de le rendre dysfonctionnel, sans interventionnisme à outrance.

La conférence sera précédée et suivie de moments d’interaction avec le public, avec notamment un quiz ludique et un temps de questions.

 

LES VIEILLES FORÊTS PYRÉNÉENNES
Accès libre et gratuit le dimanche 19 juin de 15h30 à 17h. Ancien presbytère de Saint-Lizier, rue de l’Horloge (lieu accessible aux PMR)

Lorsqu’une forêt est laissée à son évolution naturelle et accomplit la totalité de son cycle biologique naturel (300 à 400 ans environ pour une hêtraie sapinière pyrénéenne), elle devient une « vieille forêt ». Ces vieilles forêts sont très rares : elles représentent environ 3% des forêts de la haute chaîne pyrénéenne et du piémont (10000 ha). Mais elles hébergent une riche biodiversité et incarnent une « vraie » nature, vivante et spontanée. Pourtant, leur avenir est incertain, car elles sont rarement protégées et souvent menacées par de fortes pressions économiques. Alors, comment faire pour les préserver ?

Philippe Falbet exposera les objectifs de l’Observatoire des forêts des Pyrénées Centrales et du Fonds de dotation « Forêts préservées », qui, grâce au levier des acquisitions foncières, préservent des forêts de manière pérenne et la quiétude des espèces qui les peuplent, pour beaucoup rares et menacées.

Après un zoom sur les vieilles forêts des Pyrénées centrales, Philippe répondra également aux interrogations, voire aux inquiétudes soulevées par la mise en évolution naturelle sur le très long terme.  Et si, à votre tour, vous participiez à la création d’une trame de forêts âgées réellement préservées dans les Pyrénées, afin de permettre à la diversité biologique de s’exprimer, de co-évoluer, de vivre ? Philippe Falbet vous expliquera comment soutenir ces initiatives, sans pour autant vouloir mettre la forêt « sous cloche ».

 

 

Quand

18 juin 19 juin
de 10h00 à 19h00

Saint-Lizier, Ariège, Occitanie, France Saint-Lizier, + Google Maps

Au sujet de la forêt

Un bois municipal très diversifié, qui présente divers états forestiers et une grande diversité d'essences : noisetiers, bouleaux, vieux chênes, châtaigniers, frênes, fougères et quelques arbustes de lisière (fusains, etc.). Il mène à des pacages.

Son passé

Le bois de Cornecu est une parcelle cadastrale qui a échappé au démembrement et au découpage en micro-parcelles typique des Pyrénées et de son système très particulier d'héritage. Ce bois somme tout récent en partie gagné sur des anciens pacages, comme un grand nombre de forêts ariégeoises, et n’est donc pas encore signalé comme “forêt” sur le cadastre, mais comme “lande”. La parcelle appartenait aux Évêques de Saint-Lizier, puis à la municipalité qui en avait fait un commun.Elle borde le chemin qui permettait de relier la cité des Évêques à son territoire séculier du Volvestre en passant par une maison-forte.
Son nom, très drôle et original, signifierait "terrain en coin, en cul-de-sac". Elle monte en effet en pointe, au creux d'un vallon, en pente douce vers une petite cime. Elle est installée sur une quère, en prolongement de la cité de Saint-Lizier et de ses remparts gallo-romains.
Elle est bordée par des traces d'anciens moulins médiévaux, sur le lieu-dit Mouliéris, et mène à une très ancienne maison forte, aujourd'hui simple ferme (lieu-dit Biros) qui présente une tour du 14e siècle.

Son présent

La forêt côtoie des activités agro-pastorales, un cimetière et une sapinière assez récente, ce qui la préserve du mitage urbanistique. La municipalité ne l'exploite pas et la forêt vit à son rythme, sans exploitation forestière particulière. Des chemins un peu larges servent de plus en plus aux adeptes de la course à pied et aux VTT, ainsi qu’à quelques activités équestres. Elle ne fait pas encore partie d'un plan de gestion et, hors entretien régulier par la municipalité, elle reste vierge de toute activité.
Le phénomène principal qui la fragilise est une ancienne décharge sauvage, qui ne fera pas partie de la zone visitée, mais il s'agit d'un dossier dense que la mairie va devoir traiter. Cela reste heureusement un phénomène très restreint.

Son futur

Les rêves de l'association :
- mettre en valeur cette forêt très accessible depuis la route pour un parcours botanique ou forestier installé de manière pérenne (panneaux en bois). Cela pourrait être une belle entrée en matière pédagogique pour adultes et enfants.
- l'utiliser de manière douce et événementielle lors de notre festival Journées sorcières : plantes, autonomie et matrimoine en Couserans, qui a lieu chaque année fin octobre, pour des expériences en forêt la nuit avec des petits groupes. Lors d’un sondage, le public avait en effet émis le souhait d’animations nocturnes et immersives.

Les projets de la mairie :
- mettre en valeur le bois par un parcours de santé
- traiter le problème de la décharge sauvage
- valoriser le sentier existant et en faire une partie du futur projet de randonnée intercommunale “le chemin de l’évêque”

Nom

Bois de Cornecu

Commune

Saint-Lizier

Adresse

Saint-Lizier, Ariège, Occitanie, France