25 juin
Activités pédagogiques Balades en forêt Cueillette et repas De jour De nuit Spectacles et œuvres artistiques Expériences immersives dans la forêt Veillées

Un jour et une nuit dans la forêt des Landes du Frau

Description de l'événement

Le samedi 25 juin, vous pourrez découvrir la forêt des Landes du Frau. Au programme :

  • 16h00: Accueil des participants. Rendez-vous au Parking du Frau.
  • 16h30 à 19h30: Randonnée -Découverte gustative des plantes sauvages comestibles de la forêt du Frau. Rendez-vous au Parking du Frau.
  • 19h30 à 20h15: Repas tiré du sac et collectif, chaque participant amène un repas à partager. Assaisonnement des comestibles forestiers collectés avec le repas partagés . Rendez-vous à la forêt de Lavercantière.
  • 20h15 à 21h15: “Faire art de tout bois” montage collectif de l’œuvre modulable – sensibilisation à la démarche artistique par la participation à d’une œuvre d’art en bois local. Rendez-vous à la forêt de Lavercantière.
  • 21h15 à 23h00: Randonnée – A la découverte sensitive du Frau, de nuit. Rendez-vous à la forêt de Lavercantière.

Inscription obligatoire auprès de sbezaud@grandquercy.fr  ou 05 65 30 64 29 ou 06 42 18 10 87

Quand

25 juin
de 16h00 à 23h00

Les Landes du Frau, D25, Lavercantière, France Lavercantière, 46340 + Google Maps

Au sujet de la forêt

Plus de 210 Ha, les landes du Frau sont constituées de sols acides, identifiables grâce à l’implantation de bruyère et d’ajoncs. Le massif forestier est principalement composé de chênes pédonculés et de pins maritimes. Principalement destinés à la production du bois, il servent aussi d’accueil à un panel d’espèces tel que la mésange Huppée, la lucane Cerf-Volant et le Pic Mar. De plus, ses enjeux pour la biodiversité ont été mis en valeur au travers de la mise en place d’un espace naturel sensible: les landes du frau. Une partie des peuplements au sud de la forêt sont destinés à la reproduction des essences forestières. Un verger à graine accueille une grande diversité de conifères. Les landes du Frau font partie d’un massif forestier, la Bouriane.

Cette région forestière forme la bordure Ouest du département du Lot. Le relief se caractérise par une succession de plateaux ondulés et de collines au relief parfois accentué, s'étendant entre 200 et 300 m d’altitude. Le paysage y est très forestier avec le taux de boisement le plus élevé du département, allant jusqu’à 75% sur certaines communes. Sur le territoire du PETR Grand Quercy, la Bouriane est le massif forestier historique. 97% des forêts sont privées. Les peuplements sont à 90 % des feuillus : chênes (pubescent, pédonculé, tauzin, sessile, rouvre…), châtaignier, peuplier, charme… Les 10% de résineux se caractérisent principalement par des pins (maritime, noir, sylvestre…), douglas, cèdre… Sur ces plateaux se mêlent parcelles forestières en exploitation et anciennes châtaigneraies. Dans le fond des vallées nous retrouvons de nombreuses petites rivières avec quelques parcelles de peupliers en mélange avec des saules et des aulnes.

Son passé

Au XIII ème siècle, le comte Alphonse de Poitier fit don de 210 Ha de forêt aux habitants de Lavercantière. En suivant la forêt connue une phase de défrichement, impliquant le changement d’écosystème et la mise en place de landes. Elle fut répartie au différents habitants, via la création de 126 lots. En 1861, avec l’accord des habitants, la commune reprit la gestion des landes du Frau. La gestion forestière repris et une première phase de reboisement, avec des résineux, fut mise en place. Aujourd'hui, les landes du Frau sont une forêt communale gérée par l'Office Nationale de Forêt et par Lavercantière. Cette forêt, bien qu’ayant ses propres particularités, fait partie d’un massif forestier très présent sur le territoire, la Bouriane.

En Bouriane les vergers de châtaigniers occupaient une surface importante et constituaient la base de l’activité agricole sur ce secteur. Ils permettaient de nourrir à la fois les hommes et le bétail. On rencontre encore de vieux vergers mais pour la plupart ils ont été exploités et commercialisés vers les usines à tanin (notamment Labruguière dans le Tarn). Les feuilles mortes et les fougères étaient récoltées pour la litière des animaux. La récolte de résine sur les pins maritimes a constitué une activité importante jusqu’aux environs des années 1960. Le gemmage des pins était pratiqué afin de récupérer l’essence de térébenthine dans la sève.
Les propriétaires essentiellement paysans utilisaient leurs biens comme « tirelire », ils vendaient du bois ou des coupes au gré de leurs besoins (achat de matériel, construction d’une maison…).
Les taillis de châtaignier étaient utilisés pour la fabrication de tuteurs, piquets, planches, charpentes, ainsi qu’en tonnellerie. Le chêne était surtout destiné au chauffage, ou à la confection de charpentes. Il est nécessaire de garder à l’esprit que jusqu’au début du 20e siècle le bois utilisé pour la fabrication (charpente, bardage, menuiserie…) et l’agencement (meubles, escaliers…) des maisons, granges, séchoirs à tabac... provenait essentiellement du territoire. La fabrication de charbon de bois existait dans la région et s’est fortement développée durant de la seconde guerre mondiale pour les gazogènes.
Le parquet a été un débouché majeur pendant de longues années, marché qui s’est effondré à cause de la concurrence mondiale, qui a entraîné la fermeture de deux importantes usines situées en Lot-et-Garonne et en Dordogne. L’exode rural et le morcellement foncier conforté par la succession des héritages ont conduit à un étiolement de la tradition forestière. Même si en termes de biodiversité les conséquences ont été positives, cela a conduit à une dépréciation économique des bois.

Son présent

La forêt de la Bouriane est le massif forestier possédant une forte diversité d’essences. Le taillis de châtaignier s’y développe depuis de nombreuses années, accompagné d’arbres de futaie qui sont ancestralement des chênes de pays avec des qualités variables en fonction des stations.
La forêt de la Bouriane est aujourd’hui très fragmentée avec plus de 50% de propriétaires ayant moins d’un hectare. Nous constatons une perte de tradition forestière accompagnée d’une perte de savoir-faire dans l’utilisation du bois. Cela implique une progression de la forêt et une fermeture des paysages de la Bouriane. Ces espaces forestiers, en constante progression, se retrouvent face à de nouveaux enjeux écologiques, climatiques, sanitaires et sociaux. De cela découle de nombreux défis :
- Le maintien des paysages au travers de la mise en place d’un équilibre entre la forêt, l’agriculture et l’urbanisation.
- Les risques sanitaires car de nombreuses châtaigneraies sont dépérissantes et la biodiversité de la Bouriane est menacée par le réchauffement climatique.
- Des enjeux sociaux lié à une augmentation de la fréquentation de la forêt

Son futur

La forêt du Frau possède de forts enjeux écologiques, au travers de son espace naturel sensible, économiques et sociaux, via le réseau de sentiers et son accessibilité au grand public. L’enjeu est de maintenir et de valoriser cette ressource du territoire.

La charte forestière a pour ambition de soutenir les actions et stratégies visant à pérenniser les forêts de la Bouriane et des services qu’elles nous rendent. Pour se faire, elle a pour enjeux :
- Améliorer la qualité des boisements et favoriser leur renouvellement
- Valoriser la forêt et ses différente ressource avec les acteurs du territoire, afin de créer un circuit de proximité
- Informer et sensibiliser sur la forêt du territoire et les services rendus par les forêts

Nom

La forêt des landes du Frau

Commune

Lavercantière

Adresse

Les Landes du Frau, D25, Lavercantière, France

Taille (en ha)

210

Partenaires